May 21, 2008

Ali Saïb, un nouveau regard sur les Virus

Cette nouvelle race de Français, issus de l'immigration, que nos chers Médias essaient de nous cacher ...

Lui qui s’est destiné, un temps, à la boulangerie dans les fameux "Quartiers Nord" de Marseille, est devenu un spécialiste reconnu des virus en pays de France et de Navarre.

À 38 ans, ce professeur des Universités dirige une équipe de recherche à l’Institut universitaire d’hématologie. Il publie des livres, des articles, écrit des documentaires, dirige une association… Comme s’il n’avait pas assez d’une seule vie pour tout faire.

Tout est allé très vite. En terminale, Ali Saïb se prenait de passion pour les virus. Dix ans plus tard, il dirigeait une équipe de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique), à seulement 28 ans. Mais cela ne lui suffisait pas. Ali Saïb s’est encore lancé dans plusieurs autres aventures en parallèle. Aujourd’hui, à l’âge de 38 ans, il semble avoir déjà vécu plusieurs vies.

Il a suivi une licence de sanskrit en même temps qu’il préparait sa thèse. Il a aussi conçu un film documentaire de 52 minutes consacré aux virus intitulé Dr Virus et Mr. Hyde qui a reçu le Grand Prix du Festival international du film scientifique Pariscience. Il travaille par ailleurs à l’écriture d’un livre pour le grand public sur le même sujet chez Fayard. Ali Saïb a déjà publié quatre-vingts articles scientifiques et de vulgarisation. Enfin, il a fondé une association, l'APSR, qui œuvre à la rencontre entre jeunes et chercheurs, une action qui lui tient particulièrement à cœur.

Ce beau parcours n’allait pourtant pas de soi. Ali Saïb est né en 1968 dans les quartiers Nord de Marseille. "Ce n’était pas extraordinaire", résume-t-il. Alors qu’il est en troisième, ce benjamin d’une famille d'origine algérienne de huit enfants travaille dans une boulangerie la nuit, de minuit à six heures du matin, pour rapporter de l’argent à la maison. Pour le plaisir, aussi, et la griserie de se sentir adulte...

-- Source Banque des Savoirs

Et comme de bien-entendu, pas un mot sur lui dans les journaux ou la Télé en France ... Ils préfèrent nous montrer les quelques petits voyous de casseurs de banlieues ... Ils (ceux qui font les Médias) trouvent ça plus excitant !... et en même temps ça les rassure sur leurs propres misérables conditions sociales et surtout intellectuelles ...

0 comment :   +/-